Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Production > Thèses

Thèse de Marie Radepont

publié le

Understanding of chemical reactions involved in pigment discoloration, in particular in mercury sulfide (HgS) blackening par Marie Radepont

Thèse de doctorat en Physique et Chimie des matériaux

Sous la direction de Marine Cotte et de Koen Janssens.
Soutenue en 2013 à Paris 6.

Résumé

La couleur des pigments peut parfois évoluer, de façon imprévisible, du point de vue du peintre ou du conservateur. La dégradation la plus commune du sulfure de mercure rouge (α-HgS), utilisé dans sa forme naturelle du cinabre ou synthétique du vermillon, est la coloration en noir ou gris-argenté. Ce phénomène n’apparait pas systématiquement. Depuis l’Antiquité, le cinabre était souvent utilisé dans les peintures, même s’il était connu pour se dégrader sous l’influence de l’irradiation solaire. Les analyses réalisées sur des œuvres originales contenant du sulfure de mercure ont permis l’identification de différents composés de dégradation, comme le calomel (Hg2Cl2)et différentes phases polymorphes de α-Hg3S2Cl2. De plus, des expériences de vieillissements artificiels ont permis de reproduire la formation de calomel et de corderoite à partir d’échantillons modèles de HgS et confirmer que la lumière et le chlore sont deux paramètres essentiels pour former les différents produits d’altération. Les diagrammes de Pourbaix ainsi que les simulations obtenus à partir de calculs thermodynamiques ont semblé corroborer l’évolution de la composition des échantillons modèles de α-HgS observée lors des expériences de vieillissement artificiel. La caractérisation chimique de ces produits d’altération est assez difficile notamment à cause de la taille micrométrique des (multi-)couches d’altération. Au-delà des différentes techniques analytiques disponibles, la micro-diffraction X, la micro-fluorescence X et la micro-spectroscopie d’absorption X avec source synchrotron ont récemment prouvé leur intérêt dans l’identification et la localisation des composants à la fois originaux et altérés. Ces recherches ont confirmé les hypothèses préliminaires sur les facteurs influençant l’altération du sulfure de mercure et indiquent les conditions dans lesquelles ces dégradations se réalisent dans le but de les éviter dans le futur.