Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Personnel > KONONENKO Inna

Inna Kononneko est docorante au LAMS, sous la...

publié le , mis à jour le

Inna Kononneko est docorante au LAMS, sous la direction de Philippe Walter et de Laurence de Viguerie.

Début de la thèse : 1er septembre 2014.

Financement de doctorat par une allocation de l’Ecole Normale Supérieure, dans le cadre de l’Ecole doctorale 397.

Sujet de thèse :

Caractérisation moléculaire des mélanges huile-résine employés par les peintres : spécificités du vernis de Léonard de Vinci

La résine de cyprès est connue sous le nom de sandaraque et largement utilisée dans la préparation des vernis historiques. Cette résine est constituée d’un mélange de diterpènes et d’une fraction hautement polymérisée d’acide polycommunique. L’obtention d’un vernis passe par la dissolution dans l’huile de la résine qui ne peut se faire qu’après chauffage à haute température, décarboxylation et dépolymérisation de cette fraction polymérisée. Dans une de ses recettes, Léonard de Vinci conseille d’utiliser directement la « liqueur exsudée » de l’arbre : « mélange la liqueur exsudée avec de l’huile de noix ». Afin de mieux comprendre la préparation des vernis à la sandaraque (« vernis commun »), il est primordial de comprendre et retracer les réactions (essentiellement d’oxydation et polymérisation radicalaire) qui permettent le passage de la liqueur exsudée de l’arbre à la résine polymérisée, du commerce.
Des analyses par GC et GC-MS réalisées de façon quantitative (par la méthode de l’étalon interne) sur des résines provenant de six fournisseurs différents ont permis de montrer la variabilité en composition de la sandaraque. De plus la teneur totale en diterpènes analysés par cette techniques est d’environ 25% ce qui montre l’importance des composés polymériques.

Reference :
I. Kononenko*, L. de Viguerie, S. Rochut, P. Walter, Qualitative and quantitative studies of chemical composition of sandarac resin by GC-MS, Environmental Science and Pollution Research 2016, DOI 10.1007/s11356-016-7261-5.