Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Présentation

Création du LAMS le 1er janvier 2012

publié le , mis à jour le

Le Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale a été créé le 1er janvier 2012 par le CNRS, Institut de Chimie et l’Université Pierre et Marie Curie.

Les thèmes de recherche du LAMS concernent d’une part l’évolution des matériaux à long terme, dans le but de déterminer certains marqueurs informatifs dans les matériaux anciens et de cerner les mécanismes de transformations chimiques à cinétique très lente (on parle ici en siècles ou millénaires) et d’autre part l’évolution des productions matérielles (savoir-faire, techniques, matières premières) dans des aires géoculturelles précises, en relation avec les réseaux d’échanges des sociétés anciennes.

Les recherches sont basées sur :

• des analyses physico-chimiques issues, d’une part, de la création d’un laboratoire mobile pour l’analyse non invasive, (avec le développement d’instruments innovants et/ou adaptées à la complexité des matériaux) et, d’autre part, en utilisant les techniques les plus performantes des plateformes universitaires et les grands instruments tels que les microscopes électroniques, les sources synchrotrons et les sources de neutrons. Cette collaboration avec les grandes installations de recherche concerne l’ESRF, SOLEIL ou d’autres infrastructures européennes et américaines. Les partenariats multiples entretenus avec des laboratoires de l’UPMC ou associés permettent aussi de mettre en place différentes approches complémentaires.

• des approches archéologiques et historiques. Celles-ci seront menées notamment via la présence de la MAFTO (en tant que terrain archéologique privilégié) et par la possible création d’une approche collaborative sur les textes anciens grecs et romains (l’encyclopédiste Pline l’Ancien par exemple). Les approches couvrent en particulier la Préhistoire européenne, l’aire méditerranéenne à des périodes particulières (Age du fer, hellénistique, etc.), l’histoire de l’art de la Renaissance au XIXe siècle. Les grands domaines d’applications concerneront, en dehors de la France, le Proche-Orient, la Chine et l’Amérique du Sud.