Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Programmes > ANCIENS PROGRAMMES > Equipex New AGLAE (2012-2019)

NewAGLAE lauréat du premier appel d’offre Equipex

publié le

Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et René Ricol, commissaire général à l’investissement, ont dévoilé les 52 projets lauréats de la première vague de l’appel à projets « Equipements d’excellence ». Doté au total d’un milliard d’euros, cet appel à projets permettra aux laboratoires français d’acquérir des équipements scientifiques de pointe leur permettant de réaliser des travaux de recherche au meilleur niveau mondial, au service de l’accroissement des connaissances et de l’innovation.

336 projets ont été reçus pour ce premier appel lancé en juin 2010 et sur la base des évaluations et recommandations d’un jury international, présidé par Philippe Le Prestre, professeur et directeur de l’institut Hydro-Québec (Canada), 52 projets ont été retenus, dont le projet du Nouvel AGLAE, doté de 1 450 000 euros.
20 janvier 2011

Le projet proposé vise à créer un équipement d’excellence, référence mondiale dans son domaine de l’étude des matériaux du patrimoine culturel. Nous proposons de mettre au point une ligne d’analyse par faisceau d’ions pour réaliser de manière non invasive une imagerie chimique des oeuvres d’art. La difficulté de ce projet réside dans l’automatisation de l’accélérateur pour un travail 24h/24h et dans la réalisation d’un nouveau système de détection des particules particulièrement efficace. Il permettra de diminuer d’un ordre de grandeur l’irradiation des oeuvres d’art durant les mesures et ainsi l’ouvrira à l’étudie des peintures qui sont particulièrement sensibles aux particules chargées.

Le « Nouvel AGLAE » permettra une approche multidisciplinaire sur les œuvres d’art fondée sur un partenariat avec de nombreuses collaborations académiques. Son accès sera ouvert aux spécialistes français et européens. Il permettra également de développer l’analyse quantitative par rayons gamma (PIGE) pour la détection des éléments légers. Ainsi, nous pourrons continuer à construire une synergie importante au sein du laboratoire du C2RMF entre physiciens, chimistes, historiens de l’art et archéologues. En plaçant un tel outil au sein d’un laboratoire de recherche dédiés aux musées qui a un accès facile aux collections, nous pourrons montrer l’importance d’analyser des chefs d’œuvres pour la connaissance de l’histoire des sociétés et des techniques.

Lire le communiqué de presse du Ministre de la Culture :